BLOG

14 mythes sur la douleur de dos , par des experts
Institut Mckenzie France·mercredi 7 septembre 2016
Traduit avec l’aimable autorisation des auteurs. Article original ici

La lombalgie est un plus gros problème de santé en Australie que dans n’importe quel autre pays du monde et affecte au moins 80 pourcent d’entre nous au cours de notre vie.
Avec près de 5 milliards de dollars dépensés chaque année pour le management de la lombalgie – la plupart dans des tests non inutiles et des traitements inefficaces,– trois spécialistes de la lombalgie différencient les faits de la fiction autour de cette pathologie très commune mais invalidante.

1. LE REPOS AU LIT N’AIDE PAS DANS LA LOMBALGIE.
Dans les premiers jours après la lésion initiale, le fait d’éviter les activités aggravantes peut permettre d’éliminer la douleur. Cependant, il existe des preuves scientifiques solides indiquant qu’il est préférable de rester actif et de re-introduire graduellement toutes les activités quotidiennes (y compris le travail) pour une guérison optimum. En revanche, le repos prolongé au lit est inutile, et il est associé à un niveau de douleur plus important, une impotence plus importante, une moins bonne récupération, et des arrêts de travail plus longs.

2. LA LOMBALGIE EST COMMUNE ET NORMALE.
Avoir mal au dos, c’est comme être fatigué ou triste ; on n’aime pas forcément cela, mais c’est quelque chose qui arrivera à peu près à tout le monde. Cependant, ce qui n’est pas normal, c’est de ne pas guérir du mal de dos. La plupart des lombalgies aigües est le résultat d’une simple lésion et le pronostic est excellent. Dans les deux premières semaines d’un épisode de douleur aigüe, la plupart des gens vont avoir une amélioration significative de leurs symptômes avec près de 85% qui auront complètement récupéré en trois mois.

3. LES IMAGERIES SONT RAREMENT NECESSAIRES.
Bien souvent, les professionnels de santé comme les patients envisagent souvent de passer une imagerie « juste au cas où » quelque chose de grave soit à l’origine des douleurs. Cependant, toutes les preuves scientifiques suggèrent que les imageries montrent quelque chose d’important seulement chez une très faible minorité de patients lombalgiques.

4. LA LOMBALGIE N’EST PAS CAUSEE PAR QUELQUE CHOSE DE DEPLACE.
Il n’y a aucune preuve que le mal de dos soit causé par un os ou une articulation du dos qui ne soit pas à sa place, ou par votre bassin qui soit mal aligné. Pour la majoritéplupart des gens avec une douleur de dos, les imageries ne montrent aucun « déplacement » de disques, os ou articulations. En revanche, il est important de souligner que beaucoup de gens se sentent mieux après des manipulations. Cependant, cette amélioration est due à une modulation à court terme de la douleur, de la tension/du tonus musculaire et de la peur générée par le mal de dos, et NON à un réalignement des structures du corps.

5. LA CHIRURGIE EST RAREMENT NECESSAIRE.
Seule une petite proportion des patients lombalgiques ont besoin de chirurgie. La plupart peuvent gérer leur douleur en restant actif, en développant une meilleure compréhension de ce que signifie la douleur, et en identifiant les facteurs impliqués dans leur douleur. Cela devrait les aider à poursuivre leurs activités journalières sans avoir besoin de recourir à la chirurgie. En général, les résultats de la chirurgie de la colonne ne sont pas meilleures à moyen et long terme que les interventions non-chirurgicales, comme les exercices.

6. LES SACS D’ECOLE SONT SANS DANGER.
Beaucoup de gens pensent que le fait qu’un enfant porte un sac à dos lourd peut causer des douleurs de dos. Cependant, les études scientifiques n’ont pas retrouvé ce lien. Il n’y a pas de différence de poids du cartable chez des enfants qui développent ou non des douleurs de dos. Cependant, si un enfant – ou ses parents – pense que son sac est trop lourd, l’enfant EST plus à même de développer des douleurs de dos, ce qui met en évidence l’importance de la peur dans le développement de la douleur de dos.

7. LA POSTURE PARFAITE N’EXISTERAIT PEUT-ETRE PAS.
Est-ce qu’on devrait tous s’asseoir droit ? Contrairement à une croyance populaire, aucune station statique assise spécifique n’a montré une prévention ou une diminution de la douleur de dos. Différentes postures assises correspondent à différentes personnes, avec certaines personnes rapportant davantage de douleurs assis corrigé, d’autres assis avachis. Donc, alors que la position avachie a une mauvaise image, il n’y a aucune évidence scientifique pour soutenir cette idée. La capacité à varier notre posture, au lieu de maintenir la même position, associé à l’apprentissage du fait de bouger en toute confiance, relaxé et de façon variable est important pour des personnes avec des douleurs de dos.

8. PORTER DU POIDS ET SE PENCHER SONT SANS DANGER.
Les gens avec des douleurs de dos pensent souvent que des activités telles que porter du poids, se pencher et tourner sont dangereuses et devraient être évitées. Cependant, La recherche scientifique ne semble pas confirmer l’association de ces mouvements avec le mal de dos. Evidemment, une personne peut ressentir des tensions dans son dos en soulevant quelque chose de façon inadaptée ou plus lourd que ce qu’elle porte d’habitude. De la même façon, si une personne a mal au dos, ces activités peuvent être plus difficiles qu’en temps normal. Cependant, cela ne signifie pas que l’activité est dangereuse ou qu’elle devrait être évitée. Bien que se pencher ou soulever quelque chose peut donner mal au dos, ces activités sont normales et peuvent être pratiqués afin de renforcer le dos, de la même manière qu’un sportif retourne courir après une entorse.

9. RESTEZ AU TRAVAIL.
Pensez au mal de dos comme à une blessure de sport. En général, les sportifs ne restent pas au lit après une blessure et les gens qui ont mal au dos devraient les imiter. En suivant cet exemple, vous pouvez réduire les contraintes sur votre dos pendant une semaine ou deux mais rester actif. Pour les personnes qui travaillent, cela signifie modifier votre routine de travail, et reprendre graduellement vos activités après une semaine ou deux, guidé par votre médecin ou votre kiné. En général, un arrêt de travail est une mauvaise option si vous avez un épisode de douleur de dos. Cela retarde généralement votre guérison.

10. UN MAUVAIS SOMMEIL INFLUENCE LA DOULEUR DE DOS.
Quand quelqu’un a mal, une bonne nuit de sommeil peut être difficile à obtenir. Cependant, cela fonctionne dans les deux sens car un problème de sommeil peut entraîner des douleurs de dos dans le futur. De la même manière qu’un mauvais sommeil peut nous rendre plus stressés, nous donner des maux de tête, nous faire nous sentir fatigué ou déprimé, cela peut aussi entraîner ou prolonger une douleur de dos. C’est pourquoi améliorer la routine et les habitudes de sommeil peut être très bénéfique pour diminuer la douleur.

11. LE STRESS, L’HUMEUR ET L’INQUIETUDE INFLUENCENT LA DOULEUR DE DOS.
La façon dont nous nous sentons peut influencer le degré de douleur que nous percevons. La douleur de dos peut être déclenchée en modifiant le degré de stress, d’humeur ou d’anxiété. De la même façon que ces facteurs sont liés à d’autres pathologies comme les boutons de fatigue, le syndrome de la vessie irritable et la sensation de fatigue, ils ont un grand effet sur la douleur de dos. En conséquence, manager son stress, son humeur et son anxiété en faisant des choses que l’on aime et en se relaxant peut être très bénéfique pour les douleurs de dos.

12. L’EXERCICE EST BON ET SANS DANGER POUR LES DOULEURS DE DOS.
Beaucoup de personnes ayant mal au dos ont peur des exercices et les évitent car ils pensent que cela va aggraver le problème. Ce n’est pas vrai. Nous savons maintenant que l’exercice régulier aide à vous garder, vous et votre corps, en forme et en bonne santé. Quand l’exercice est progressif, il aide à réellement diminuer les douleurs, à relâcher les tensions musculaires, à améliorer l’humeur et à fortifier le système immunitaire.

13. ARRETEZ DE PAYER POUR DES MEDICAMENTS POUR LA DOULEUR DE DOS.
Les publicités présentent certains médicament comme s’il pouvait agir spécifiquement sur le dos. Ce n’est pas de cette façon qu’ils fonctionnent. Si vous prenez un antalgique, votre corps n’a aucun moyen de l’envoyer seulement dans votre dos ; ou uniquement dans votre genou si vous avez des douleurs de genou. En regardant l’emballage, vous verrez que la formule du médicament contre la douleur de dos est la même que celle pour l’arthrose, les règles douloureuses, ou encore la version pour les maux de tête. Vous n’avez pas à payer davantage pour la version « lombalgie » ou « mal de dos ».

14. LES ANTALGIQUES FORTS NE SONT PAS LA SOLUTION
Beaucoup de gens pensent que les fortes douleurs nécessitent des antalgiques forts. Ceci est faux. Si vous venez de vous fair mal au dos, vous devez commencer par des antalgiques simples. Les antalgiques forts, comme les morphiniques, procureront un peu plus de soulagement, mais pas beaucoup plus. En revanche, ils ont beaucoup plus d’effet secondaire. La douleur persistante est différente. L’utilisation d’antalgiques forts sur une longue période est rarement une bonne option, d’autant plus s’ils sont le seul traitement. Il existe maintenant de nouveau programes de gestion de la douleur pouvant aider les gens avec des douleur de dos persistantes à stopper les antalgiques sans que la douleur augmente.

Authors: Chris Maher is a professor of physiotherapy at Sydney Medical School and Director, Musculoskeletal Division at The George Institute for Global Health. Mary O’Keeffe and Dr Kieran O’Sullivan are teaching physiotherapists from the University of

admin

Alors, vous en pensez quoi?